CONTACT

NOUS SOmmes déménagés!

 ​​398 montée Masson, Mascouche, Qc, J7K 2L5​

Tel: (514) 966-5492

kgclinique@gmail.com 

  • Facebook Social Icon
  • Pinterest Social Icon

​​​​© 2019

BREDOUILLEMENT

Voici des informations sur le bredouillement.

Qu’est-ce que le bredouillement?

 

Le bredouillement fait partie de la famille des troubles de la fluidité. Pour dire qu’une personne a un bredouillement, elle doit répondre à plusieurs critères. D’abord, elle doit parler à un débit plus rapide ou plus irrégulier que la normale, sans qu’elle en soit consciente. Ainsi, on dira qu’elle parle très vite ou qu’il y a des accélérations soudaines dans son débit de parole. Ceci est un critère fondamental pour parler de bredouillement. Cette manifestation doit en plus être accompagnée d’au moins l’une des caractéristiques suivantes :

 

  • La personne se fait difficilement comprendre, car il y a présence de télescopage (ex. « mation » au lieu de « limitation »). En effet, puisque le débit de parole est rapide, la personne n’a pas toujours suffisamment de temps pour planifier les mouvements impliqués lors de la production du mot. Il manquera alors des syllabes et des sons peuvent être inversés ou substitués.

 

  • Il y a beaucoup de disfluidités dites « normales » dans son discours. Bien que ces disfluidités soient présentes chez la population générale, elles peuvent être très fréquentes chez les personnes qui ont un bredouillement. Voici les différents types de disfluidités « normales » :

    • interjections (ex. euh);

    • répétitions de syntagmes (parties de phrases, ex. Je suis je suis très occupé);

    • répétitions de mots (ex. L’auto l’auto est rouge);

    • révisions de phrases (La personne change son mot, mais l’idée reste la même, ex. J’aime jouer au ballon euh aux légos).

 

  • Les temps de pause sont plus courts. Habituellement, une personne laisse entre 0,5 à 1 seconde de pause entre ses phrases. Ces pauses aident notre interlocuteur à comprendre le sens de notre phrase et nous permettent de planifier notre prochaine phrase.

 

Enfin, il est fréquent pour ces personnes d’avoir des difficultés en lecture ainsi que des difficultés d’écriture (calligraphie).

 

 

Vous trouverez peut-être que les différentes caractéristiques ressemblent à celles de votre enfant. Il est important de savoir qu’il est difficile de conclure à du bredouillement chez les enfants de moins de dix ans. Voici toutefois certains indices :

Votre enfant

  • parle très vite;

  • fait du télescopage dans les mots longs (ex. « tévision » pour « télévision »);

  • omet des petits mots (ex. de, la) lorsqu’il lit à voix haute ou lorsqu’il écrit;

  • commet des erreurs lorsqu’il lit, écrit ou parle rapidement, erreurs qui disparaissent lorsque le débit diminue;

  • reste pris ou devine des mots en lecture.

 

Il est important de noter que ces différentes manifestations peuvent aussi être présentes dans d’autres types de problématiques langagières. Ainsi, seule une évaluation par un orthophoniste qualifié en troubles de la fluidité permettra de confirmer s’il s’agit réellement de bredouillement.

 

Par exemple, le bredouillement peut ressembler au bégaiement ou même coexister avec le bégaiement. Toutefois, il s’agit bel et bien de deux problématiques différentes. La principale différence est que nous retrouvons davantage de disfluidités « typiques du bégaiement » chez une personne qui bégaie :

  • répétitions de parties de mots (ex. pa-pa-pa-papillon);

  • prolongements de sons (ex. fffffffffusée);

  • blocages sur un son (la bouche reste figée, le son ne sort pas).

Enfin, les personnes qui bégaient sont conscientes de leurs disfluidités, contrairement aux personnes qui bredouillent.

 

Le bredouillement se travaille à l’aide d’un suivi en orthophonie. Les objectifs poursuivis seront différents d’une personne à une autre. C’est l’évaluation qui permettra à l’orthophoniste de les établir, conjointement avec vos besoins personnels.

 

 

Ressources

                                                                     

 

 

                              International Cluttering Association

                              http://associations.missouristate.edu/ica/

 

 

 

 

Cet article a été inspiré de l’ouvrage suivant :

van Zaalen, Y. et Reichel, I. K. (2015) Cluttering : Current Views on Its Nature, Diagnosis, and Treatment, iUniverse.